Texte à méditer :   Des recettes sans un seul pépin.   BigrementBon.com

BigrementBon - Des recettes sans pépin

« Savoir cuisiner, c'est aimer cuisiner ». Mais paradoxalement, je voudrais dire que ce site ne prétend pas être un site de recettes.
Ainsi, il me semble logique et – nécessaire – que vous, qui vous essayez à une nouvelle recette, vous ne la réussissiez pas parfaitement. Cependant cette recette vous allez l'améliorer, dans le sens propre de son goût, à chaque nouvelle occasion.
Il faut dire aussi qu'il a trop de recettes... Un filet de sole à la crème « Chose » devient le filet de sole « Machin » si vous ajoutez une pincée de safran, et le filet de sole « Truc » si vous retranchez un milligramme de noix de muscade. Qu'importe cela. L'utile est que vous sachiez cuisiner le « filet de sole à la crème ».
Mieux qu'un site de recettes, ce que j'ai cherché à présenter ici c'est un guide. C'est un aide-mémoire. Au milieu d'anecdotes qui vous feront sourire et de conseils pratiques qui peuvent vous être utiles, les recettes que vous y trouverez doivent être le départ sur lequel vous broderez selon votre temps, votre humeur, vos moyens et bien entendu votre imagination.
« Tiens, c'est vrai, je n'avais pas songé que l'on pouvait accommoder le filet de sole avec une purée d'oseille ».

Actuellement le site tourne autour de 10 axes :
- BigrementBon, l'axe principal avec ses recettes classées par ordre alphabétique.
- BigrementSaucé, recettes axées sur les sauces qu'elles soient salées ou sucrées.
- BigrementMalin, recueil de petits trucs qui font la réussite d'une recette.
- BigrementBéBé, recettes étudiées en fonction de l'âge : de 4 mois à 3 ans.
- BigrementMinceur, recettes reprenant la valeur calorique qu'elles engendrent.
- BigrementAncien, recettes tirées du Moyen Age qui allient originalité... et santé.
- BigrementP'titChef, recettes adaptées aux enfants et à réaliser avec vos apprentis cuistots.
- BigrementSavoir, articles basés sur le quotidien culinaire au sens large du terme.
- BigrementOnDit : On dit que... Quelle est la part de vérité dans ces idées toutes faites sur le pouvoir des aliments ?
- BigrementRenversant : Ingrédients ordinaires, usages extraordinaires.

Ce site est interactif. En effet, sous chaque article quelque que soit l'axe consulté, une Réaction est possible. Et aussi, une de vos recettes que vous aimeriez voir apparaître sur BigrementBon, pas de problème, cliquez sur Postez une recette

Soyez « culinairement » curieux.

cèpes

La dernière nouvelle

 Omelette au jambon de Bayonne, poivrons et piment d'Espelette - le 14/09/2021 06:59 par   Ondine_Belgique

S'agit-il d'une « amelette » qui elle-même ne serait qu'une « alemette » mal prononcée, c'est-à-dire en lamelle ? Ou bien l'omelette fut-elle d'abord, chez nos ancêtres gallo-romains, une « ova mellita », c'est-à-dire un mélange cuit d'oeufs battus et de miel ?
La discussion reste ouverte et vous pouvez choisir l'origine qui vous paraît la plus séduisante...

  

Ingrédients (pour 4 personnes) :
- 8 oeufs
- 4 tranches de jambon de Bayonne
- 1 poivron jaune & 1 poivron vert
- 1 tomate
- 1 oignon
- 3 c. à s. d'huile d'olive
- 1/2 c. à c. de piment d'Espelette
- Sel - Poivre

Technique :
1. Laver, sécher, épépiner et couper les poivrons et la tomate en petit dés ; détailler les tranches de jambon de Bayonne en lanières ; peler et émincer finement l'oignon.
2. Dans une poêle antiadhésive, chauffer l'huile d'olive ; y faire revenir, à feu doux et durant 10 minutes, l'oignon et les dés de poivrons et de tomate ; saler et poivrer (peu).
3. Battre longuement les oeufs jusqu'à ce qu'ils soient mousseux ; saler et poivrer (peu) ; les verser dans la poêle sur les oignons et les poivrons ; laisser cuire, sur feu modéré, 5 minutes.
4. Ajouter les lanières de jambon de Bayonne, saupoudrer largement de piment d'Espelette et poursuivre la cuisson 2 minutes.
5. Décoller et rouler l'omelette ; servir aussitôt.


Le dernier article

  

Classification des fromages

  

Origine du fromage
La découverte du fromage fut probablement le fait du hasard ; on n'en connaît pas l'origine précise mais on sait qu'il se fabrique du fromage depuis les origines de l'élevage, il y a environ 10 000 ans. La « découverte » du fromage serait le résultat de l'observation de la coagulation du lait laissé à la température ambiante. L'égouttage du caillé dans un moule permet d'obtenir le fromage.
Une légende raconte qu'un nomade transportant du lait dans une poche faite de l'estomac d'un mouton aurait découvert en cours de route que le lait avait caillé.

  

Fabrication du fromage en 4 étapes
- La coagulation (le caillage) est la phase de formation du caillé, lorsque la caséine (les protéines contenues dans le lait) coagule sous l'action de ferments lactiques ou de présure.
- L'égouttage et le moulage. L'égouttage consiste à retirer l'eau (le petit-lait ou lactosérum) du caillé et à le rendre plus ferme. Il est ensuite moulé selon la forme souhaitée.
- Le salage agit comme antiseptique, freine le développement des micro-organismes, favorise la bonne conservation du fromage, accélère le séchage et la formation d'une croûte.
- L'affinage (ou maturation) est la période pendant laquelle la pâte se transforme sous l'action biochimique de la flore bactérienne contenue dans le fromage. C'est l'étape cruciale où se développent la consistance, l'odeur, la saveur et la croûte.
Les fromages à pâte fraîche ou les fromages fondus ne sont pas affinés.

  

CLASSIFICATION DES FROMAGES

LES FROMAGES À PÂTE PRESSÉE


Le terme « à pâte pressée » désigne les fromages dont le caillé est pressé afin d'éliminer le maximum de petit-lait. Sur cette base, il existe deux catégories de fromages à pâte pressée.


+ Les fromages à pâte pressée non cuite
Un fromage à pâte pressée non cuite est un fromage dont le caillé « non cuit » est coupé en morceaux et brassé. Il est alors moulé et pressé afin d'éliminer le maximum de lactosérum. Vient ensuite le salage par immersion dans un bain de saumure ou par frottage. Commence alors l'affinage, entre deux semaines à plus d'un an, où les fromages sont régulièrement brossés, morgés* et retournés.
* Une « croûte morgée » est une croûte frottée régulièrement avec une solution composée principalement d'eau et de sel permettant le développement d'un mince revêtement de couleur jaune à marron, essentiellement constitué de microorganismes. Cette flore de surface contribue à donner au fromage son aspect, ses saveurs et ses arômes.

Parmi les plus connus à « pâte pressée non cuite », on trouve notamment Cantal, Chaussée aux Moines, Cheddar, Edam, Etorki, Gouda, Mimolette, Morbier, Orval, Port-Salut, Provolone, Ossau-Iraty, Raclette, Reblochon, Saint Nectaire, Saint -Paulin, Tommes : Tomme de Montagne - Tomme de Jura - Tomme des Pyrénées - Tomme de Savoie...


+ Les fromages à pâte pressée cuite
On les appelle également « pâtes dures ». Le caillé est tranché puis brassé afin de permettre l'écoulement du lactosérum. Il est alors « cuit », c'est-à-dire chauffé à 50/55°C ce qui permet d'obtenir un extrait plus ou moins sec. Les grains de caillé sont ensuite rassemblés, mis dans des moules et pressés pendant de longues heures. Après le salage, les fromages sont affinés généralement entre 3 mois pour les fromages dits « jeune » et 24 mois pour les fromages dits « vieux ».

Parmi les plus connus à « pâte pressée cuite », on trouve notamment Beaufort, Comté, Emmental, Gruyère, Pecorino, Parmesan, Passendael, Vieux Bruges, Vieux Chimay...

  

LES FROMAGES À PÂTE MOLLE


Le terme « à pâte molle » désigne les fromages dont le caillé n'a subi ni chauffage, ni pressage lors de sa fabrication. Sur cette base, il existe deux catégories de fromages à pâte pressée.


+ Les fromages à croûte fleurie
Les fromages à croûte fleurie, doivent leur nom au duvet blanc qui se forme lors de l'affinage, et que l'on appelle « fleur ». Après le moulage, l'égouttage, le démoulage et le salage, le fromage est ensemencé avec un champignon microscopique. Le développement des moisissures provoque alors l'apparition d'une croûte molle et duveteuse, qui enferme une pâte onctueuse et lisse, voire coulante.

Parmi les plus connus à « pâte molle à croûte fleurie », on trouve notamment Brie, Brillat-Savarin, Briques : Brique Brebis - Brique Chèvre - Brique de Pays, Camembert Camembert, Caprices des Dieux, Chaource, Coulommiers, Crottin de Chavignol, Pélardon, Saint-Marcellin...


+ Les fromages à croûte lavée
La fabrication de ces fromages est proche de celle des fromages à croûte fleurie. Le caillé est obtenu à l'issu d'une coagulation à dominance présure. Le caillé est tranché, brassé voir malaxé en vue d'un bon égouttage. Le fromage est ensuite moulé dans des faisselles de formes variables ou mis en forme à la main. Au démoulage le fromage est salé puis mis à l'affinage.
Durant l'affinage, de un à plusieurs mois, les fromages à croûte lavée sont lavés et brossés régulièrement avec des solutions variables selon les types de fromages : eau salée, à laquelle des colorants naturelles sont rajoutés comme le ferments du rouge ou le rocou (extrait du fruit du rocouyer) mais aussi du marc-de-bourgogne ou du cidre. Ce traitement favorise la formation d'une croûte lisse, souple et brillante fortement odorante mais donne aussi la spécificité à chaque variété de fromages.

Parmi les plus connus à « pâte molle à croûte lavée », on trouve notamment Boulette d'Avesnes, Chaumes, Epoisses, Fromage de Herve, Livarot, Maroilles, Munster, Pont-l'Evêque, Vieux Pané...

  

LES FROMAGES À PÂTE PERSILLÉE


Le terme « persillé » est une appellation donnée à des fromages dont le caillé est ensemencé de penicillium. Ils sont plus communément appelés « bleus » car leurs pâtes est colorée à reflets bleuâtres.
Ces fromages à pâte persillée sont produits de la même manière que tout autre fromage. La seule différenciation est qu'au cours de la coagulation, la caséine est ensemencée avec un champignon microscopique, le penicillium. C'est celui-ci qui produit les moisissures bleuâtres et qui donne donc cet aspect persillé. Ces moisissures sont, bien entendu, sans danger aucun pour l'organisme.
Lors de l'égouttage, le caillé est tranché en petits morceaux. Il est ensuite placé en cuve de repos, puis placé sur toile pour l'étape de l'égouttage. Le salage du fromage est une étape essentielle puisqu'elle permet à la pâte de durcir et ainsi éviter que le fromage ne s'affaisse. Lors de l'affinage, les fromages sont enfermés dans des caves ventilées, ceux-ci ayant besoin d'oxygène pour acquérir leur couleur bleuâtre. Suit alors le « piquage » exclusivement réservée à ce genre de fromage. Le piquage créé des trous, permettant ainsi à l'oxygène de pénétrer dans le fromage et à la moisissure d'agir. L'affinage se produit de l'intérieur vers l'extérieur, et ceci n'est propre qu'aux Bleus.

Parmi les plus connus à « pâte persillée », on trouve notamment Bleus : Bleu d'Auvergne - Bleu des Causses - Bleu de Gex - Bleu du Vercors - Bresse Bleu..., Fourme d'Ambert, Gorgonzola, Roquefort, Stilton, Saint Agur...

  

LES FROMAGES FONDUS


Les « fromages fondus » sont des fromages qui sont fondus à partir d'un ou de plusieurs fromages à pâte pressée. Ils sont additionnés de lait voire de crème et d'aromates et de sels de fonte leur assurant ainsi une texture moelleuse et fondante. Le fromage est ensuite conditionné en barquettes, en portions individuelles ou en tranches. En Amérique du Nord, ces fromages sont surtout faits à base de cheddar tandis qu'en Europe l'emmental et le gruyère prédominent.

  

LES FROMAGES À PÂTE FRAICHE

Les fromages à pâte fraiche sont élaborés à partir du lait ou du petit-lait (lactosérum). Ils sont obtenus par coagulation lactique, avec ou sans présure, faiblement égoutté et non affiné.
Les fromages frais sont bien blancs à ivoire et très humides. Ils offrent une saveur acidulée et fraîche. Ils peuvent être salés, sucrés, additionnés de crème, d'herbes aromatiques...

Parmi les plus connus à « pâte fraiche », on trouve notamment Brocciu, Brousse, Caillé, Cervelle de Canut, Cotage Cheese, Faisselle, Feta, Fromage Blanc, Maquée, Mascarpone, Mozzarella, Petit-Suisse, Ricotta...