En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
Texte à méditer :   Qu'un potage soit immangeable, cela ne tient parfois qu'à un cheveu.   Jules Romain
Texte à méditer :   Lorsque la marmite bout, l'amitié fleurit.   A. B. Cheales
Texte à méditer :   Je suis gourmet. VOUS êtes gourmands. Il est obèse.   Graig Brown
Texte à méditer :   La bonne chair et le bon vin réjouissent le coeur du gastronome.   Antoine Carême
Texte à méditer :   L'ail est à la santé ce que le parfum est à la rose.   Proverbe provençal
Texte à méditer :   Cuisiner suppose une tête légère, un esprit généraux et un coeur large.   Paul Gaugin
Texte à méditer :   Un repas est insipide, s'il n'est assaisonné d'un brin de folie.   Erasme
Texte à méditer :   L'homme pauvre fait sa cuisine avec de l'eau.   Proverbe magyar
Texte à méditer :   Le vin est un lubrifiant social.   Jean Clavel
Texte à méditer :   Les rires éclatent mieux lorsque la nourriture est bonne.   Proberbe irlandais
Texte à méditer :   L'amour et la faim sont les deux moteurs existentiels de tout homme censé.   John Van A
Texte à méditer :   Tous les champignons sont comestibles, certains une fois seulement.   Coluche
Texte à méditer :   Une truite dans la marmite vaut mieux que deux saumons dans la rivière.   Proverbe irlandais
Texte à méditer :   L'appétit vient en mangeant.   Mielot
Texte à méditer :   La vraie cuisine est une forme d'art. Un cadeau à partager.   Oprah Winfrey
Texte à méditer :   Sans la participation de l'odorat, il n'y a point de dégustation complète.   Brillat-Savarin
Texte à méditer :   Bonum Vinum laeteficat cor hominis (Le bon vin réjouit le coeur de l'homme).   Psaume 104,15
Texte à méditer :   Neuf personnes sur dix aiment le chocolat, la dixième ment.   John Tellius
Texte à méditer :   Une bonne cuisinière est une sorcière qui dispense le bonheur.   Elsa Schiapparelli
Texte à méditer :   D'où que viennent mes hôtes, c'est ma cuisine qu'ils semblent préférer.   Dicton de Pensylvanie
Texte à méditer :   On ne vieillit point à table.   Quitard
Texte à méditer :   Greffez des plants de rosiers sur des plants de vigne, ça fera du vin rosé naturel.   Pierre Dac
Texte à méditer :   Manger est un besoin, savoir manger est un art.   La Rochefoucauld
Texte à méditer :   Le présomptueux devient raisin sec avant d'avoir été raisin mûr.   Proverbe berbère
Texte à méditer :   Qui regarde l'orange amère a l'eau à la bouche, qui la goûte, fait la grimace.   Proverbe turc
Texte à méditer :   Il faut mettre de l'eau dans son vin pour qu'il n'y ait pas d'eau dans le gaz !   Christelle Heurtault
Texte à méditer :   Si le boeuf est beau, c'est que le pré est gras.   Proverbe antillais
Texte à méditer :   Quand le vin est tiré, il faut le boire.   Marcel Pagnol
Texte à méditer :   Faute de grives, on mange du merle.   Proverbe français
Texte à méditer :   La faim chasse le loup du bois.   Proverbe français
Texte à méditer :   Donner un oeuf pour avoir un boeuf.   Proverbe français
Texte à méditer :   A bon vin ne faut point d'enseigne.   Proverbe français
Texte à méditer :   Il est bien tard d'épargner sur le tonneau quand le vin est à la lie.   Hésiode
Texte à méditer :   On donne des noix à manger à quelqu'un qui n'a pas de dents.   Proverbe populaire
Texte à méditer :   On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs.   Proverbe français
Texte à méditer :   Si vous voulez savoir le goût d'une pomme, il faut y croquer.   Proverbe chinois
Texte à méditer :   Il ne faut pas mettre du vinaigre dans ses écrits, il faut y mettre du sel.   Montesquieu
Texte à méditer :   Vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n'est à personne.   Jean-Jacques Rousseau
Texte à méditer :   La gourmandise commence quand on n'a plus faim.   Alphonse Daudet
Texte à méditer :   Plus il y a de marches, meilleure est la cave.   Dicton bourguignon
Texte à méditer :   La cuisine, c'est quand les choses ont le goût de ce qu'elles sont.   Curnonsky
Texte à méditer :   Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse.   Alfred de Musset
Texte à méditer :   Les noix ont fort bon goût mais il faut les ouvrir...   Florian
Texte à méditer :   L'appétit vient en mangeant, la soif s'en va en buvant.   François Rabelais
Texte à méditer :   Le poireau, c'est l'asperge du pauvre.   Anatole France
Texte à méditer :   Tout âge porte ses fruits, il faut savoir les cueillir.   Raymond Rodiguet
Texte à méditer :   Un repas sans fromage est une belle à qui il manque un œil !   Brillat-Savarin
Texte à méditer :   L'homme est de glace aux trésors qu'il possède; il est de feu pour tout ce qu'il n'a pas.   Abbé Aubert
Texte à méditer :   L'alcool change un homme. Mais son effet est éphémère comme celui de la volupté.   Roger Lemein
Texte à méditer :   L'amour vit d'inanition et meurt de nourriture.   Alfred de Musset
Texte à méditer :   Trop de colle ne colle plus, trop de sucre n'adoucit plus.   Proverbe chinois
Texte à méditer :   La ponctuation c'est le sel de la phrase.   Jean-Baptiste Rousseau
Texte à méditer :   Miel à la bouche, dard à la queue.   Proverbe malais
Texte à méditer :   Parler ne fait cuire le riz.   Proverbe Chinois
Texte à méditer :   La science qui nourrit l'âme, vaut le pain qui nourrit le corps.   Pierre Lachambeaudie
Texte à méditer :   L'expérience ne s'achète pas. Elle est le fruit du temps et de la bêtise.   Andrée Hallée
Texte à méditer :   La vérité de la vie est une graine de piment.   Jean-Marie Adiaffi
Texte à méditer :   Le sel de l'existence est essentiellement dans le poivre qu'on y met.   Alphonse Allais
Texte à méditer :   Le fromage est le supplément d'un bon repas et le complément d'un mauvais.   Eugène Briffault
Texte à méditer :   Une période d'échec est un moment rêvé pour semer.   Paramahansa Yogananda
Texte à méditer :   Mieux vaut être la paille de blé que la graine de mauvaise herbe.   Proverbe français
Texte à méditer :   La gourmandise est l'apanage exclusif de l'homme.   Brillat-Savarin
Texte à méditer :   Il n'y a si laide marmite qu'elle ne trouve son couvercle.   Miguel de Cervantès
Texte à méditer :   L'impatience est le vinaigre des supplices.   Beaumarchais
Texte à méditer :   De tous les arts, l'art culinaire est celui qui nourrit le mieux son homme.   Pierre Dac
Texte à méditer :   Tout a une fin sauf le saucisson qui en a deux.   Citation danoise
Texte à méditer :   Qui ne pétrit, bon pain ne mange.   Jean Antoine de Baïf
Texte à méditer :   La gastronomie est l'art d'utiliser la nourriture pour créer le bonheur.   Théodore Zeldin
Texte à méditer :   Dieu n'a fait que l'eau, mais l'homme a fait le vin.   Victor Hugo
Texte à méditer :   Qui a bu ! boira chicorée Pacha.   Publicité gratuite
Texte à méditer :   Du pain, du vin et du boursin.   Publicité gratuite
Texte à méditer :   Des recettes sans un seul pépin.   BigrementBon.com
Texte à méditer :   Le potage est au dîner ce qu'est le portique à un édifice.   Grimod de la Revnière
Texte à méditer :   Le potage réussi est un signe de bonne éducation.   Grimod de la Revnière
Texte à méditer :   Celui qui est sot à table est sot partout.   Proverbe Gascon
Texte à méditer :   Quand on a mangé beaucoup d'ail il vaut mieux ne plus parler qu'à la troisième personne.   Curnonsky
Texte à méditer :   Le poisson naît dans l'eau mais il doit mourir dans l'huile.   Proverbe provençal
Texte à méditer :   Pour bien cuisiner il faut de bons ingrédients, un palais, du coeur et des amis.   Pierre Perret
Texte à méditer :   Tout âge porte ses fruits, il faut savoir les cueillir.   Raymond Rodiguet
Texte à méditer :   Le goût est un mystère qui trouve indéniablement sa meilleure expression dans le vin.   Jim Harrison
Texte à méditer :   Lire c'est boire et manger. L'esprit qui ne lit pas maigrit comme le corps qui ne mange pas.   Victor Hugo
Texte à méditer :   Quand la poule a des oeufs, ne la mettez pas dans la marmite.   Proverbe antillais
Texte à méditer :  Deux crabes mâles ne vivent pas dans le même trou.  Proverbe antillais
Texte à méditer :   Qui regarde l'orange amère a l'eau à la bouche, qui la goûte fait la grimace.   Proverbe turque
Texte à méditer :   Le vin est un professeur de goût, il est le libérateur de l'esprit et l'illuminateur de l'intelligence.   Paul Claudel
Texte à méditer :   De toutes les passions, la seule vraiment respectable me paraît être la gourmandise.   Guy de Monpassant
Texte à méditer :   Pour connaître l'origine et la qualité d'un vin, il n'est pas nécessaire de boire le tonneau entier.   Oscar Wilde
Texte à méditer :   Nos repas sont charmants encore que modestes, grâce à ton art profond d'accommoder les restes.   Paul Verlaine
Texte à méditer :   Neuf personnes sur dix aiment le chocolat, la dixième ment.   John Tellius
Texte à méditer :   Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement. Ce qu'on mange avec goût se digère aisément.   Georges Courteline
Texte à méditer :   Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet.   Georges Courteline
Texte à méditer :   La cuisine, c'est comme l'amour, on y pénètre avec abandon ou pas du tout.   Hariet Van Horne
Texte à méditer :   Impossible de bien réfléchir, de bien aimer, de bien dormir, si on n'a pas mangé.   Virginia Woolf
Texte à méditer :   D'où que viennent mes hôtes, c'est ma cuisine qu'ils semblent préférer.   Dicton de Pensylvanie
Texte à méditer :   La cuisine c'est un art qui, pour ne pas s'abâtardir, a besoin de fantaisie, d'un petit grain de folie.   Yves Courrière
Texte à méditer :   Le gourmet est l'indispensable et trop rare collaborateur du cuisinier.   Béatrice Dussane
Texte à méditer :   Le fromage est le complément d'un bon dîner, mais c'est aussi le supplément d'un mauvais repas.   Jan Mara
Texte à méditer :   Tout a meilleur goût en plein air.   Claudia Roden
 

Les 10 dernières recettes

Langoustines à la crème de haricots coco - le 12.04.2021 » 11:27 par   Chantal_Belgique

Son nom français signifie clairement petite langouste. Mais regardez-y de plus près, et constatez que la langoustine a deux pinces. Elle est donc plus proche du homard que de la langouste. D'ailleurs son nom savant le dit : « nephrops norvegicus », « homard norvégien ». Les rivages de la Norvège seraient donc le lieu d'origine de ces précieux crustacés. Contrairement au homard, la langoustine ne change pas de couleur à la cuisson. Elle a, au sortir de la mer, la même jolie teinte orangée que vous lui voyez sur votre table.

  

Ingrédients (pour 4 personnes) :
- 12 langoustines
- 500 g de haricots coco
- 10 cl de lait
- 2 c. à s. d'amandes concassées
- 1 c. à s. rase de graines de sésame
- 1 c. à s. de miel
- 1/2 c. à c. de shoyou*
- 2 c. à s. d'huile d'olive
- Sel - Poivre

Technique :
1. La veille, faire tremper les haricots coco dans une grande quantité d'eau froide ; le lendemain, égoutter puis faire cuire dans 1,5 litres d'eau pendant 1 heure 30, couvert à demi ; saler à mi-cuisson ; égoutter.
2. Mixer les haricots coco avec le lait ; saler et poivrer ; tenir chaud sur feu doux.
3. Dans une poêle antiadhésive, faire griller à sec les amandes et les graines de sésame ; réserver.
4. Faire sauter les langoustines dans l'huile 3 minutes de chaque côté ; les décortiquer et les garder au chaud.
5. Dans une poêle et sur feu doux, mélanger le miel et le shoyou ; ajouter les langoustines, poivrer, mélanger délicatement et réserver.
6. Verser la crème de cocos au centre de 4 assiettes profondes chaudes, disposer les langoustines par dessus et parsemer d'amandes et de graines de sésame ; servir aussitôt.

*shoyou : Sauce à base de soja et de blé obtenue par fermentation lente.

langoustines à la crème de haricots coco


Krantz cake bananes et pépites de chocolat - le 09.04.2021 » 12:28 par   Ondine_Belgique

A l'origine, un cake est un gâteau aux fruits de forme rectangulaire, contenant des raisins et des fruits confits. Aujourd'hui, le terme cake désigne également un gâteau salé de même forme : « le cake salé ». Un cake salé c'est avant tout une base de farine, d'oeuf et de beurre, le tout dans un moule à cake. A vous alors de rajouter les ingrédients qui vous semble les meilleurs... courgette, endive, poivron, tomate, chorizo, jambon, fromage, olive. A vous d'innover et de trouver les mélanges les plus savoureux !

  

Le krantz cake est une pâtisserie très connue dans la tradition juive d'Europe de l'Est inspirée de la 'babka' une ancienne recette polonaise. Babka veut dire grand-mère ou vieille femme et désigne la forme de la pâte qui a des ondulations ressemblant aux plis d'une jupe. Dans la tradition juive c'est souvent une brioche à la cannelle et/ou au chocolat tressée puis cuite dans un moule à cake. La recette la plus célèbre est celle du Chef israélien, Yotam Ottolenghi dans son livre Jérusalem. Le krantz cake d'aujourd'hui se compose d'une pâte à brioche aux ....., le tout roulé en boudin puis torsadé et imbibé à la sortie du four d'un sirop pour la brillance.

Ingrédients (pour 6 personnes) :
Pour la pâte :
- 20 g de levure de boulanger
- 10 cl de lait tiède
- 500 g de farine
- 2 bananes mures
- 2 pincées de sel
- 2 c. à s. rases de sucre
- 1 oeuf calibre moyen
- 100 g de beurre à température ambiante
- 10 cl d'eau tiède
Pour la garniture :
- 50 g de beurre
- 150 g de grosses pépites de chocolat
Pour le sirop de sucre:
- 3 c. à s. de sucre
- 1 dl d'eau

Technique :
1. Préparer la pâte :
- Dans un bol émietter la levure, la délayer ensuite dans le lait tiède ; laisser reposer dans un endroit chaud 10 minutes, le temps qu'une mousse épaisse se forme.
- Tamiser la farine sur un plan de travail, ajouter les bananes écrasées, bien mélanger ; y ménager un large puits et répartir le sel sur les bords extérieurs ; dans le puits, ajouter la levure délayée, le sucre, l'oeuf battu, le beurre coupé en petits dés et l'eau tiède ; travailler avec 2 doigts en chassant la farine des bords intérieurs du puits vers le centre jusqu'à l'obtention d'une pâte molle et légère : attention, travailler la pâte rapidement pour éviter de la plomber.
- Pétrir la pâte : sur un plan de travail enfariné, appuyer avec la paume de la main, tandis que l'autre main fait tourner le pâton ; travailler de cette façon, 5 à 10 minutes, jusqu'à ce que la pâte soit ferme mais sans excès et se ramasse en boule.
2. Lever la pâte :
- Placer la pâte dans un saladier huilé, la recouvrir d'un linge propre, la mettre à lever, 20 minutes, dans un four chauffé à 30°C (th 1).
- Au bout de cette levée, dégazer la pâte autrement dit appuyer dessus pour permettre au gaz de s'échapper.
- Recouvrir le saladier d'un fil alimentaire et placer 5 minutes au congélateur ou mieux toute une nuit au réfrigérateur.
3. Façonner la pâte :
- Abaisser la pâte en rectangle sur environ 3 mm d'épaisseur.
- Etaler le beurre préalablement fondu sur la pâte, répartir les pépites de chocolat ; rouler la pâte, dans le sens de la longueur, en formant un long boudin.
- A l'aide d'un couteau, fendre le boudin en son milieu tout en laissant une de ses extrémités intacte ; torsader les 2 parties l'une sur l'autre sans trop les serrer.
- Beurrer un moule à cake, y déposer la pâte torsadée ; laisser lever 30 minutes dans un four à 30°C (th 1).
4. Cuire et finir le krantz cake :
- Enfourner dans un four à 180°C (th 6) pour 30 minutes.
- Pendant ce temps, préparer le sirop : faire chauffer l'eau et le sucre dans une casserole ; le sucre dissout, retirer du feu et réserver.
- A la sortie du four, badigeonner généreusement le krantz cake de sirop, démouler sur une grille, laisser tiédir.


krantz cake bananes et pépites de chocolat


Crème d'asperges vertes aux morilles - le 06.04.2021 » 15:43 par   Chantal_Belgique

J'ai été tranquillement vous rechercher une définition précise dont les mots sont pesés « au gramme près » sur les sites des grandes écoles de cuisine française. Tous les sites semblent se référer au guide de l'Escoffier de 1902, je m'en réfère donc à lui également. Une « crème serait donc un potage lié avec de la crème fraîche pour lui apporter une texture et une saveur plus agréables ». Je me permettrais quand même aujourd'hui de compléter la définition d'Escoffier et je rajouterais « un potage lié avec de le crème fraîche ou du fromage le plus souvent fondu ».

  

Ingrédients (pour 4 personnes) :
- 500 g d'asperges vertes
- 50 g de morilles séchées
- 2 blancs de poireaux
- 1 gros oignon
- 1 l de bouillon de poulet
- 2 dl de crème liquide
- 1 échalote finement hachée
- 1/2 gousse d'ail finement haché
- Le jus de 1/4 de citron
- 2 c. à s. d'huile d'olive
- Sel - Poivre

Technique :
1. Faire tremper les morilles durant 1 heure ; changer l'eau régulièrement pour éliminer le sable ; égoutter.
2. Laver, ne pas éplucher les asperges vertes sauf si celles-ci semblent fibreuses ; couper en morceaux ; laver soigneusement les blancs de poireaux question d'éliminer toutes traces de terre, couper en rondelles ; éplucher, hacher grossièrement l'oignon.
3. Faire revenir dans une cuillère à soupe d'huile d'olive l'oignon et le poireau jusqu'à ce qu'ils soient translucides ; ajouter les asperges, poursuivre la cuisson 5 minutes.
4. Mouiller avec 9 dl de bouillon de poulet chaud ; laisser cuire à frémissements durant 20 minutes.
5. Ajouter la crème liquide, saler et poivrer, mixer finement ; tenir chaud.
6. Faire revenir dans l'huile restante l'échalote hachée; ajouter l'ail haché, les morilles égouttées et coupées en 2 voire en 4 selon leur grosseur et le bouillon de poulet restant ; poursuivre la cuisson jusqu'à évaporation complète du liquide ; saler et poivrer, ajouter un peu de jus de citron.
7. Partager la crème d'asperges dans des assiettes profondes ou des bols ; terminer en y jetant les morilles.


crème d'asperges vertes aux morilles


Carrés d'agneau en croûte de sel au thym - le 03.04.2021 » 23:55 par   Ondine_Belgique

Chacun sait que la grande époque pour déguster l'agneau, c'est le printemps. La tradition du gigot de Pâques est bien ancrée dans nos contrées.
Bien sûr, on trouve de l'agneau tout au long de l'année, mais il faut constater que, si l'on tient à la qualité, l'été n'est pas aussi favorable que les autres saisons.
Un agneau de bonne qualité se reconnaît à la largeur de la selle et à la blancheur de la graisse, qui doit être consistante, abondante, en particulier autour des rognons dont la couleur rose pâle est, avec la fermeté des gigots, une garantie de fraîcheur. Pensez-y quand vous achetez, l'agneau ne supporte pas l'attente ! Sa chair est celle d'un animal qui n'a pas atteint son entier développement, d'où probablement sa fragilité.

  

l'agneau : découpe

Ingrédients (pour 4 personnes) :
- 4 petits carrés d'agneau de 350 g chaque
- 3 c. à s. d'huile d'olive
- Poivre
Pour la croûte de sel au thym :
- 1 kg de gros sel
- 1 kg de farine
- 3 blancs d'oeufs
- 1 c. à s. de thym séché

Technique :
1. Préparer la croûte de sel au thym : mélanger le sel, la farine, les blancs d'oeufs et le thym ; ajouter 25 cl d'eau et malaxer jusqu'à l'obtention d'une pâte souple mais ferme.
2. Dorer les carrés d'agneau sur toutes leurs faces dans 2 cuillères à soupe d'huile d'olive chaude ; poivrer.
3. Façonner 4 boules de pâte puis les abaisser ; poser un carré d'agneau sur chaque abaisse et refermer de telle façon que la viande soit complètement recouverte ; souder les bords à l'eau.
4. Poser les carrés d'agneau dans un plat à feu huilé ; enfourner à 240°C (th 8) et laisser cuire 35 minutes.
5. Présenter un carré d'agneau sur chaque assiette, chacun cassera sa propre croûte de sel.

Suggestion du sommelier : Juliénas


Blancs de poulet aux agrumes - le 25.03.2021 » 12:53 par   Ondine_Belgique

Dans sa chanson « Poulailler Song », Alain Souchon parle de la volaille qui fait l'opinion. A défaut de faire l'opinion, le poulet agrémente bien des dîners quand il ne règle pas la circulation !!!
Le poulet a d'abord été domestiqué pour les combats de coqs plutôt que comme source de nourriture. Puis, ces combats ayant été légalement interdits au 17e siècle en Occident, on se prit de passion pour les expositions, où l'on venait montrer les spécimens d'espèces exotiques qu'on avait croisées soi-même. D'où la prolifération de variétés qui s'en suivit.
Il faudra attendre le 19e siècle pour voir se mettre en place la production en série, et les années 1920 pour que s'établissent les poulaillers-usines. A cette époque, on n'élevait pas encore les poules spécifiquement pour leur chair, mais bien pour leurs oeufs. Lorsqu'elles n'étaient plus assez productives, on les abattait pour vendre leur chair.
Toutefois, dès les années 1950, les élevages de poulets destinés au marché de la viande dépasseront largement en nombre ceux des poules pondeuses. À la fin du 20e siècle, il se consommait en Occident plus de chair de poulet que de celle de tout autre animal.

  

Ingrédients (pour 4 personnes):
- 4 blancs de poulet
- 1 orange
- 2 mandarines
- 1/2 citron
- 1 dl de crème fraîche liquide
- 2 c. à s. d'huile d'olive
- Sel - Poivre

Technique :
1. Laver l'orange et prélever le zeste, le couper très finement ; peler ensuite la chair à vif en prenant soin d'éliminer toutes les peaux blanches ; prélever les quartiers, les débarrasser de leur peau et séparer la pulpe.
2. Peler les mandarines et prélever les quartiers.
3. Presser le citron, l'incorporer à la crème fraîche ; saler et poivrer.
4. Dans l'huile d'olive chaude, faire dorer les blancs de poulet sur chaque face ; saler et poivrer ; diminuer la cuisson et cuire à couvert pendant 20 minutes.
5. 5 minutes avant la fin de la cuisson, ajouter la crème citronnée, le zeste d'orange ainsi que la pulpe et les quartiers de mandarines.
6. Servir avec du riz blanc.

Bon appétit !

blancs de poulet aux agrumes


Crème de poireaux, lard fumé et sirop d'érable - le 21.03.2021 » 09:21 par   Ondine_Belgique

J'ai été tranquillement vous rechercher une définition précise dont les mots sont pesés « au gramme près » sur les sites des grandes écoles de cuisine française. Tous les sites semblent se référer au guide de l'Escoffier de 1902, je m'en réfère donc à lui également. Une « crème serait donc un potage lié avec de la crème fraîche pour lui apporter une texture et une saveur plus agréables ». Je me permettrais quand même aujourd'hui de compléter la définition d'Escoffier et je rajouterais « un potage lié avec de le crème fraîche ou du fromage le plus souvent fondu ».

  

Ingrédients (pour 4 personnes) :
- 6 blancs poireaux
- 8 tranches de lard fumé
- 3 c. à s. de sirop d'érable
- 1 pomme de terre
- 70 cl de bouillon de volaille
- 15 cl de crème
- 2 pincées de paprika
- 2 pincées de poivre de Cayenne
- 2 oignons
- 1 c. à s. de farine
- 20 g de beurre
- 2 cl d'huile de friture
- Sel - Poivre

Technique :
1. Laver soigneusement les blancs de poireaux, les couper en rondelles ; éplucher, laver, couper la pomme de terre en morceaux.
2. Dans le beurre fondu, faire revenir les rondelles de poireaux et les morceaux de pommes de terre durant 5 minutes ; mouiller avec le bouillon de volaille à ébullition ; diminuer le feu et laisser frémir 25 minutes.
3. Mixer la soupe, ajouter la crème, le paprika et le poivre de Cayenne ; réserver.
4. Emincer les oignons, les fariner, faire frire dans l'huile de friture ; égoutter sur papier absorbant ; réserver.
5. Chauffer une poêle à sec ; y faire raidir les tranches de lard fumé ; réserver.
6. Réchauffer la crème de poireaux ; la répartir dans de larges bols ; ajouter les oignons et le lard fumé ; arroser de sirop d'érable.
7. Servir aussi vite.


BigrementSaucé : Vinaigre au fond de bouteille rouge - le 14.03.2021 » 11:50 par   Chantal_Belgique

Ingrédients (pour 75 cl de vinaigre) :
- 25 cl de fond de bouteille de vin rouge
- 50 cl de vinaigre de vin rouge
- 1 c. à s. de sucre
- 5 grains de poivre noir
- 1 brin de romarin frais

Technique :
Verser tous les ingrédients dans une bouteille, secouer... c'est prêt !

vinaigre au fond de bouteille rouge


Curry de chou-fleur, pois chiches et maïs doux - le 10.03.2021 » 14:48 par   Chantal_Belgique

On dit aussi « carri » ou « cury ». C'est un mot qui nous vient de la côte ouest de l'Inde et qui désigne, chez nous, aussi bien les mélanges d'épices typique de la cuisine indienne que les plats parfumés par ces épices. Mais en Inde, ces épices s'appellent « garammasala », « sambhar » et de bien d'autres façons, selon les régions de cet immense pays. Le nom varie tout comme la manière et les ingrédients... Là-bas, chaque ménagère fabrique le curry selon sa propre formule en mélangeant dans un mortier cardamome, clous de girofle, cumin, noix de muscade, safran...
Dans le commerce, on propose le plus souvent le curry de Madras, moins fort : il contient de la coriandre, des échalotes, du gingembre, des graines de pavot, du poivre noir...
Hélas ! même bien bouché, le curry en poudre perd vite son arôme et son piquant. Certes, nous l'aimons avec le poulet, le poisson, le riz, mais, pour l'employer plus vite, pourquoi ne pas l'essayer avec des oeufs, dans une salade... Innovons !!!

  

Ingrédients pour 4 personnes) :
- 1 chou-fleur
- 1 petite boite de maïs doux
- 1 boite (240 g) de pois chiches
- 1 échalote
- 1 gousse d'ail
- 165 g de pâte de curry indien Korma
- 50 cl de lait de coco
- 1/4 de bouquet de coriandre
- 2 c. à s. d'huile d'olive
- Sel - Poivre noir

Technique :
1. Séparer le chou-fleur en bouquets ± réguliers, laisser tremper 5 minutes dans de l'eau vinaigrée puis rincer à l'eau courante.
2. Cuire à l'eau bouillante salée durant 10 minutes ; égoutter et réserver.
3. Hacher finement l'échalote et l'ail ; faire revenir 5 minutes dans 1 cuillère à soupe d'huile d'olive ; ajouter la pâte de curry, bien mélanger ; mouiller avec le lait de coco et laisser mijoter 5 minutes.
4. Ajouter les bouquets de chou-fleur, le maïs et les pois chiches ; laisser mijoter 15 minutes sur feu doux.
5. Servir le curry parsemé de coriandre fraîche.


curry de chou-fleur, pois chiches et maïs doux


BigrementAncien : Soupe à la bière › Le cuisinier Moderne* 1733 - le 06.03.2021 » 12:10 par   Chantal_Belgique

La recette, alors plus connue sous le nom de « Pompernicle » y est décrite comme une recette à base de pain râpé et frit au beurre, jeté dans de la bière à laquelle on ajoute du sucre, de la cannelle, un zeste de citron vert et du vin du Rhin pour la cuire avant de la lier avec des oeufs . La recette ci-dessous est proche de celle d'origine en écartant toutefois le vin et le zeste de citron… Avec l'évolution des goûts, ce surcroît d'acidité n'est plus autant apprécié à notre époque qu'auparavant mais libre à vous de l'adapter !

Ingrédients (pour 4 personnes) :
- 1,5 litre de bière blonde légère
- 6 tranches de pain
- 75 g de farine
- 50 g de cassonade
- 1 pincée de cannelle en poudre
- 2 dl de crème épaisse
- 4 jaunes d'oeufs
- 75 g de beurre
- 2 pincées de noix de muscade
- Sel - Poivre

Technique :
1. Couper le pain en petits cubes ; les faire dorer dans 25 g de beurre ; réserver.
2. Faire fondre le beurre restant doucement et sans coloration ; quand il est fondu, ajouter hors du feu et en une seule fois la farine tamisée, bien mélanger ; remettre sur le feu doux et remuer à la cuillère en bois durant 3 minutes : le roux doit rester bien blanc. 3. Verser peu à peu la bière sur le roux blanc sans cesser de remuer au fouet ; ajouter la cassonade et la cannelle, saler et poivrer.
4. Porter le tout doucement à ébullition tout en mélangeant au fouet : la préparation doit être crémeuse et homogène d'aspect ; maintenir une légère ébullition et laisser cuire 20 minutes ; tourner régulièrement.
5. Fouetter la crème épaisse avec les jaunes d'oeufs ; ajouter la muscade, saler peu, poivrer un peu plus généreusement puis ajouter ce mélange à la préparation précédente : prolonger la cuisson le temps d'épaissir la soupe.
6. Servir la soupe bien chaude en parsemant sa surface des morceaux de pain frits.

*Le cuisinier Moderne est un ouvrage écrit en 1733 par Vincent La Chapelle, chef culinaire français, alors qu'il est au service de Comte de Chesterfield, ambassadeur la Haye. C'est l'un des grands classiques du 18e siècle qui a eu une forte influence sur la cuisine de l'aristocratie en Angleterre.



Lasagne, fromage au pluriel et épinards, pancetta - le 28.02.2021 » 19:10 par   Ondine_Belgique

Toujours la farine et l'eau... mais ces pâtes-là sont desséchées, moulées ou coupées et ont pour destin une consommation différée. Qui eut en premier l'idée de ce type de pâtes ? On raconte que Marco Polo vit les Chinois manger quelque chose qui ressemblait à ce que furent, plus tard, les spaghetti. Il en aurait rapporté la recette en Europe. Les Italiens mettent fort en doute cette origine. Des documents d'archives prouvent, en effet, que les pâtes étaient déjà populaires bien avant le 13e siècle. A moins que les pâtes ne soient nées en Allemagne. Mais en ce cas, il s'agit de nouilles... Nuance !
Les pâtes en Italie comme dans les régions de l'est se consomment souvent « fraîches » c'est-à-dire pétries à la maison. Nous n'avons pas, comme l'Italien ou l'Allemand l'habitude de cette préparation familiale. Dommage ! Les « pâtes fraîches » sont tellement bonnes. Au fond, pourquoi ne pas vous y mettre ?


Ingrédients (pour 4 personnes) :
- 12 feuilles de lasagne sans précuisson
- 500 g d'épinards
- 250 g de fromage frais type 'petit-suisse'
- 250 g de ricotta
- 8 tranches de pancetta
- 2 gousses d'ail
- 4 feuilles de laurier
- Sel - Poivre

Technique :
1. Laver, essorer les épinards.
2. Faire revenir dans le beurre les gousses d'ail préalablement épluchées ; ajouter les épinards, bien mélanger ; couvrir et faire suer, sur feu doux, 15 minutes.
3. Mélanger le fromage frais et la ricotta, y ajouter les épinards ; saler et poivrer ; goûter et rectifier l'assaisonnement.
4. Dans un plat à gratin graissé, placer 4 feuilles de lasagne dans le fond du plat ; recouvrir de la moitié de la préparation 'fromages au pluriel et épinards' puis des tranches de pancetta ; déposer 2 feuilles de laurier ; poser par-dessus 4 feuilles de lasagne ; recouvrir du reste de la préparation à base de fromages et d'épinards ; ajouter 2 feuilles de laurier ; terminer par 4 feuilles de lasagne.
5. Enfourner à 180°C (th 6) et faire cuire 25 minutes.
6. Servir aussitôt.